La Polyclinique Majorelle de Nancy et le Projet « PPSC » (Petite Pieuvre Sensation Cocon) s’engagent dans un partenariat pour faciliter les premières semaines des nouveaux-nés prématurés.

Des pieuvres comme auxiliaires de soin
Depuis 2013 et l’initiative d’une infirmière danoise, les petites pieuvres en coton ont déjà fait leurs preuves au Danemark, en Suède, aux Pays-Bas, en Belgique et dans 26 structures de néonatalogie et deux centres pour polyhandicapés (dont celui de Blâmont en Meurthe-et-Moselle) en France (chiffres au 1er janvier 2017).
La présence des pieuvres dans les couveuses apaise les bébés plumes. Ils deviennent immédiatement plus calmes et cessent de tirer sur les sondes et les tuyaux.

Des bénéfices pour les bébés
En effet, les bébés peuvent facilement agripper les tentacules des pieuvres. En tirant sur ces derniers, plutôt que sur les fils, tubes et sondes qui les relient aux appareils qui assurent leur survie, les bébés s’épargnent des gestes répétés de repositionnement de sonde ou de capteurs. Ils y gagnent donc en confort et en sérénité.
Une fois attribuée, la pieuvre accompagne l’enfant jusqu’à son retour à la maison, et dans ces éventuelles hospitalisations ultérieures (la vie de prématuré est un long combat …). Elle est donc un formidable objet de transition entre le monde médicalisé et la maison.

Des bienfaits pour les parents
Ces pieuvres montrent aussi aux parents qu’ils ne sont pas complètement seuls dans cette épreuve et que les mains qui ont réalisé les pieuvres l’ont fait avec amour pour leur enfant mais aussi pour apaiser un peu leur chagrin.
« C’est un magnifique cadeau que reçoivent les parents à la naissance de ce bébé si pressé » nous a joliment écrit la maman d’un bébé alsacien qui a bénéficié d’une pieuvre.

Des garanties de sécurité
Les pieuvres sont crochetées ou tricotées par des bénévoles, sur la base de modèles type et avec des cotons autorisés. Le rembourrage est 100 % synthétique. Elles sont collectées, lavées à 60°C avec une lessive neutre et contrôlées selon un protocole partagé avec la polyclinique par l’ambassadrice PPSC, qui est la seule habilitée à les remettre au service. Les pieuvres sont accompagnées d’un mot aux parents, leur présentant le projet, et d’une petite carte précisant le prénom, et le cas échéant l’adresse courriel de la bénévole qui a réalisé la pieuvre.
Avant d’être remise aux bébés qui en ont le plus besoin, les pieuvres sont lavées une nouvelle fois à la lingerie de la polyclinique.

Voulez-vous nous aider ?
Les besoins annuels du service de néonatalogie de la Polyclinique Majorelle sont estimés à 500 pieuvres, ce qui nécessite une livraison d’une quarantaine de pieuvres par mois.
Le Projet PPSC a donc besoin de bénévoles pour crocheter (ou tricoter le cas échéant) des pieuvres. Mais vous pouvez également offrir des « pelotes suspendues » pour permettre aux volontaires de disposer de fournitures et de n’investir qu’en temps dans le projet.
Si vous souhaitez participer au projet PPSC, merci de contacter l’ambassadrice, Marie-Aude VISINE, à cette adresse courriel : ppscnancy@free.fr

  • Pour en savoir plus
    Vous pouvez consulter :
    -le site internet France Wallonie, qui regroupe notamment toutes les informations utiles pour la réalisation des pieuvres (cotons autorisés, modèles, dimensions, foire aux questions …) :
    http://petitepieuvresensationcocon.weebly.com
    -le blog de la région Grand Est (http://ppscnancy.eklablog.com), tenu par Marie-Aude Visine, qui se veut pluslocal
    Contact
    -Marie-Aude VISINE, Administratrice du projet Petites Pieuvres Sensation Cocon pour la région Grand-Est
    -Nelly JOUBLIN, responsable du Service de Néonatalogie de la Polyclinique Majorelle : 03.83.94.42.34

La Polyclinique Majorelle?
un établissement privé nancéien de court séjour, à double vocation : Obstétricale et Chirurgicale.
La Polyclinique Majorelle est une maternité dite de « niveau 2B » (assurant le niveau de sécurité le plus élevé pour un établissement privé) où naissent chaque année, plus de 2.500 bébés et dans laquelle toutes les spécialités de la périnatalité sont représentées : Assistance Médicale à la Procréation (AMP), préparation à la naissance, prise en charge des grossesses, médecine néonatale (dont un service de soins intensifs), cardiologie pédiatrique…
L’activité chirurgicale de Majorelle offre quant à elle une part importante à la prise en charge des pathologies féminines (gynécologiques, esthétiques et reconstructrices) notamment pour la prise en charge des patientes souffrant d’un cancer.
Outre ces pathologies féminines, la Polyclinique Majorelle est réputée pour sa chirurgie du rachis (colonne vertébrale) ainsi que ses chirurgies ophtalmologique, ORL, proctologique, urologique…
La Polyclinique Majorelle dispose de 156 lits et places composés de:
• 43 lits de chirurgie (dont 6 lits de Surveillance Continue – USC)
• 15 places de chirurgie ambulatoire
• 86 lits de gynécologie et obstétrique (dont 6 lits d’Hospitalisation à Temps Partiel – HTP)
• 12 lits de néonatalogie (dont 6 lits de soins intensifs)